Les missiles américains ne passeront pas inaperçus des radars russes (FRA)

ISRAEL LAUNCHES ARROW MISSILE

La Russie a montré qu’elle est capable de suivre des missiles de croisière lancés par les Etats-Unis contre la Syrie, dit Valentin Vasilescu.

Au cours de la journée du 3 Septembre, la presse internationale, citant RIA Novosti a indiqué que le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou a informé le Président Vladimir Poutine que le système d’alerte antimissile russe a enregistré à 06h16 GMT, le lancement d’un missile Sparrow du centre de la Méditerranée, suivi par un autre missile Arrow 3. La trajectoire de la course du missile se dirigeait vers l’est, vers les côtes du Liban, et les missiles sont finalement tombés en mer. Par la suite, Israël a admis que les missiles lui appartenaient et qu’ils avaient, sans en informer qui que ce soit, décidé d’effectuer, conjointement avec l’US Navy, un test du système de défense antimissile israélien Arrow (portée maximum 145 km).

Normalement, cette information pouvaient être gardée sous  silence, en particulier quand on sait que  le groupe naval russe en Méditerranée surveille en permanence la position et les activités à bord de chaque navire de guerre américain, britannique, français, turc et israélien dans la région par Priazovie (SSV-201 le plus puissant navire de la flotte russe de guerre électronique .

Pourquoi le Kremlin a-t-il donné cette information aux médias? Cela ressemble plus à un avertissement donné aux Américains. C’est à dire qu’ils ne pourront pas compter sur l’effet de surprise quand ils lanceront leurs missiles de croisière contre l’armée syrienne. La Russie a en effet repositionné ses satellites de reconnaissance sur la Syrie et la Méditerranée orientale, leurs données étant transférées vers le centre spatial de Armivir (à l’est de Novorossiisk, sur la mer Noire, à 700 km de la Syrie).

L’alignement le plus probable des lanceurs de missiles de croisière des États-Unis se situe au sud de l’île de Crète, située à 1000 km des côtes de la Syrie. Les missiles de croisière tactiques UGM-109 Tomahawk sont disposés dans des lanceurs verticaux VLS à bord des destroyers américains de classe Arleigh Burke et des sous-marins d’attaque américains et britanniques. Le Tomahawk est évacué du VLS par un moteur-fusée qui fonctionne pendant 7 secondes utilisant du combustible solide. Cela soulève le Tomahawk à 1000 m d’altitude, lui imprime une vitesse proche de la vitesse de croisière et émet une forte énergie sous forme de chaleur libérée dans l’atmosphère.

Le système d’alerte précoce russe comprend un réseau de satellites de reconnaissance sur les infrarouges, capable de détecter tout lancement de missile, en orbite au-dessus de la Méditerranée orientale. L’empreinte du spectre infrarouge du lancement des missiles de croisière de l’US Navy est immédiatement détectée par les satellites, les coordonnées du point de lancement sont transmises instantanément au centre de suivi des missiles balistiques de Armivir. Le Centre spatial de Armivir est doté d’un radar Voronej-M qui a une distance de couverture de 6000 kilomètres. Après le largage initial, le missile de croisière déploie ses ailes et il y a mise en route du moteur Turbofan  pour un vol comme pour un drone à la vitesse de 700 km/h. En outre, le suivi de la trajectoire du missile de croisière est transféré par satellites militaires Kondor, équipés d’un radar de bord évoluant en orbite circulaire autour de la Terre à 500 km d’altitude. Le faisceau d’observation du Satellite est de 1200 km (600 km de chaque côté de l’axe de la trajectoire de vol).

Après la combustion du kérosène, des gaz chauds sont  rejetés par le moteur du missile de croisière, formant un spectre radar en une trainée d’ionisation, comme la vapeur de condensation des avions dans le ciel visible à l’œil nu dans la journée. Depuis son orbite, le satellite suit cette trainée d’ionisation qui lui permet de déterminer la trajectoire du missile de croisière jusqu’à l’impact avec la cible. Ces paramètres sont transmis en temps opérationnel au Centre Spatial de Armivir et à partir de là, éventuellement à des batteries missile AA d’un système de défense syrien.

.

Par Valentin Vasilescu, pilote d’aviation, ancien commandant adjoint des forces militaires à l’Aéroport Otopeni, diplômé en sciences militaires à l’Académie des études militaires à Bucarest 1992.

Traduction : http://avicennesy.wordpress.com/2013/09/06/les-missiles-americaines-ne-passeront-pas-inapercus-des-radars-russes/

This page: http://syrianetwork.org/?p=2517

on our blog at  http://syrianfreepress.wordpress.com/2013/09/15/22318/

.

.

.

Advertisements

One thought on “Les missiles américains ne passeront pas inaperçus des radars russes (FRA)

  1. Pingback: Les missiles américains ne passeront pas inaperçus des radars russes |

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s